Articles

Risques Psychosociaux et Covid19

Durant cette pandémie, le psychologique de chaque travailleur est mis à rude épreuve. Les conséquences sur la santé psychologique et physique sont importantes. Il est temps de revoir la gestion des risques psychosociaux en y intégrant les risques liés à la Covid19.

La Covid19

Depuis bientôt un an, notre vie à tous a drastiquement changée. La Covid est arrivée sans prévenir, a bousculé notre environnement et influence notamment le monde professionnel. Chaque entreprise doit se réinventer. La digitalisation, le télétravail, les audits à distance,… C’est une avancée technique accélérée.

Concentrons-nous sur un secteur qui doit sans cesse évoluer afin de s’adapter aux changements au sein de l’entreprise et de la vie de tous les jours : La gestion des risques. Dans ces conditions, on peut le dire, extrêmes, le psychologique de chaque travailleur est mis à rude épreuve. Les conséquences sur la santé des travailleurs sont importantes : anxiété, fatigue mentale et physique, détresse, dépression,…

La Covid19 a nécessité de nouvelles analyses de risques et une nouvelle appréhension des entreprises face à leur équipe. Cette pandémie mondiale joue bien évidemment avec le psychologique de chaque individu. Il est temps de revoir la gestion des risques psychosociaux en y intégrant les risques liés à la Covid19.

De nombreuses mesures sont mises en place contre les risques de contamination comme le masque ou la distanciation sociale. Ce n’est pas le cas pour les risques psychosociaux liés à cette pandémie. Pourtant cette situation anxiogène est prioritaire et même le conseil scientifique en a pris conscience et a lancé une alerte.

Les facteurs de risques liés à la Covid19

Arrêtons-nous un peu sur divers RPS en lien avec cette pandémie.

La peur

Le peur liée à la pandémie. Les gens ont peur de tomber malade, peur de l’avenir, peur pour leur travail, peur pour leurs proches,… Un quotidien d’incertitude extrêmement anxiogène.

Espace et matériel de travail pas adaptés

Aujourd’hui, une grande partie des employés sont en télétravail. Travailler de la maison ne permet pas toujours un espace et un matériel adapté. Le voisin décide de profiter du confinement pour faire des travaux. Je suis obligé de travailler sur la table du salon au milieu de brouhaha général car je n’ai pas de bureau. Je partage ma connexion wifi avec tous mes colocataires et elle sature. Beaucoup de situations auxquelles nous faisons tous face dorénavant et qu’il n’est pas toujours simple de gérer.

Isolement social

L’isolement social lié à cette crise est dur à vivre sur le long terme. Même si certains ne manquent pas d’imagination pour adoucir le quotidien (les pauses visio entre collègues, les rendez-vous déjeuner sur Whatsapp), les relations entre collaborateurs sont quasi inexistantes ou sous-tension pour une grande partie d’entre nous.

Brouillage des limites entre la sphère professionnelle et privée

Le travail à distance peut être compliqué. Une toute nouvelle organisation de l’espace et de son agenda est nécessaire. A l’inverse de ce qu’on pourrait croire, le télétravail a tendance à augmenter la charge et le temps de travail. Les horaires sont moins définis, on travaille le soir ou on ouvre ses emails en dehors des heures dédiées à ça. La limite entre vie professionnelle et privée est plus floue.

Des troubles plus ou moins sévères peuvent découler de l’ensemble de ces facteurs. C’est aussi le rôle de l’entreprise de mettre en place des moyens afin de gérer ces risques.

Comment y faire face

Face à tous ces nouveaux facteurs de RPS, il existe plusieurs précautions à mettre en place. Comme pour tout risque, il faut se concentrer sur une bonne prévention. Voici quelques pistes pour apprendre à gérer ces nouveaux risques.

Il faut avant tout communiquer et informer sur la Covid19. En parler permet de réduire les peurs des travailleurs. Il est également important de mettre à disposition les moyens et équipements nécessaires pour une bonne protection face au virus.

Deuxièmement, il faut intégrer qu’il est important de revoir toute l’organisation du travail. Pour aider ses employés, il ne faut pas hésiter à prévoir des débriefings réguliers afin de discuter et d’améliorer cette organisation.

Mettre en place des formations et un suivi de ses employés. Ce n’est pas simple de se retrouver seul devant son ordinateur à devoir utiliser de nouveaux logiciels, à devoir se réorganiser et réaliser de nouvelles tâches. Proposer des formations express permet d’accompagner les travailleurs, leur donner les bons outils et améliorer les conditions de travails.

Les travailleurs ont besoin de savoir qu’ils ne sont pas seuls. Veillez à maintenir un lien entre vos équipes. Pourquoi ne pas prévoir des visios pour déjeuner ensemble ou simplement discuter ? Mais également faire appel à des professionnels, créer des espaces de parole ou de prise en charge afin qu’ils se sentent écouter et les soutenir.

Soyez attentif et prenez en compte la charge mentale supplémentaire liée à la Covid19.

Une nouvelle façon d’aborder le travail

La Covid19 a bousculé le monde professionnel. Nous nous concentrons sur les risques psychosociaux mais nous pouvons également voir les points positifs de ce chamboulement.

Par exemple, le télétravail. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, le travail à distance a aussi de nombreux points positifs. 82% des télétravailleurs se disent satisfaits, un taux en augmentation. Aussi, 61% des salariés aimeraient une mise en place du télétravail au sein de leur entreprise. Le travail à distance a de beaux jours devant lui avec des effets positifs aujourd’hui reconnus.

82% des télétravailleurs se disent satisfaits

Beaucoup de travailleurs se sentent plus heureux, mieux mentalement. Le fait de ne plus passer autant de temps dans les trajets. Pouvoir s’organiser un emploi du temps plus adapté à son cadre de vie. Passer plus de temps avec sa famille. Ne pas sentir le stress lié au cadre du travail. Des nuits plus calmes, un réveil plus doux permet un repos psychique et physique optimale pour attaquer la journée de travail.

Cette évolution du monde professionnel nous a amené vers une évolution numérique. Nous avons déjà abordé le sujet de la digitalisation à plusieurs reprises dans les articles G2Développement. N’hésitez pas à cliquez ici pour en savoir plus sur le passage au numérique et son lien avec l’augmentation des performances de l’entreprise.

Il est temps de comprendre que l’entreprise doit modifier sa vision du travail face à cette crise. Ecouter ses collaborateurs afin de réorganiser ensemble cette bulle professionnel et se créer de nouveaux repères. Evoluer afin d’offrir les outils adaptés permettant une optimisation des performances.

Une bonne communication interne permet de cerner les besoins des travailleurs, augmenter leur bien-être au sein de l’entreprise et évidement augmenter les performances.


Intéressé par découvrir comment simplifier, digitaliser et harmoniser vos processus avec APIA? Faites une demande de démonstration gratuite et nous vous recontacterons !

Les risques psychosociaux

Les risques psychosociaux existent dans toutes les entreprises et peuvent avoir des conséquences graves. Apprenez-en plus sur ces risques et comment APIA contribue à améliorer la gestion des RPS.

Que sont les risques psychosociaux ?

Les risques psychosociaux font parties des risques professionnels dans la santé/sécurité. Le terme est apparu dans les années 2000. Il désigne les risques pour la santé mentale, physique et sociale engendrés par les conditions d’emploi.

Ils concernent toutes les entreprises, peut importe la taille ou le secteur. Il existe plusieurs facteurs de risques. Les RPS sont multifactoriels et interagissent entre eux. L’exigence, le manque d’autonomie, la charge de travail, les relations sociales ou encore l’insécurité de la situation de travail. L’origine de ces risques se trouve dans l’organisation du travail, le contenu, les conditions, les conditions de vie et les relations interpersonnelles au travail.

Les RPS peuvent avoir des conséquences graves, autant sur la personne que sur l’entreprise. Premièrement, la santé physique et mentale du travailleur est en jeux. Suivant l’intensité, le temps d’exposition à la situation de risque, la personne peut développer des addictions, des troubles anxieux, une dépression et également des problèmes de sommeils, des maladies cardiovasculaires ou chroniques.

Concernant l’entreprise, le lien entre bien-être des employés et les performances au travail n’est plus a prouver. Les RPS peuvent aussi provoquer une augmentation de l’absentéisme, des accidents et incidents de travails, une atteinte à l’image de l’entreprise,… Ces risques aboutissent sur un coût important pour la société, notamment avec le nombre de malade longue durée et l’absentéisme qui augmentent.

Quelques exemples de RPS

Découvrez quelques exemples de risques psychosociaux et quelques chiffres afin de mieux comprendre la situation.

Le stress

Le stress est la réponse du corps à la pression d’une situation ou d’un événement. Physiquement, vous pouvez ressentir de la pression musculaire, des problèmes digestifs, des migraines, de la fatigue,…  D’un point de vue plus émotionnel, le stress amène de l’irritation, de l’anxiété une faible estime de soi ou encore de la mélancolie pour ne citer que ça. C’est un fléau répandu en Europe. Il est le second problème de santé le plus présent au travail et est considéré comme le « mal du siècle ».

33% des travailleurs déclarent ressentir un stress quotidien au travail. Et le coût social dû au stress lié au travail est estimé à 2 à 3 milliards d’euros (absentéisme, cessation d’activité, dépenses de soins,…).

Les violences internes

Les violences internes à l’entreprise regroupent les situations de harcèlement sexuel, physique ou moral entre deux individus ou un individu et un groupe. Dans cette catégorie on retrouve des comportements violents, des menaces, des actes d’agressions physique, de l’humiliation,…

20% des travailleurs déclarent connaitre au moins une personne victime de harcèlement sexuel dans le cadre professionnel. 32% de femmes ont déjà été harcelées ( au sens juridique du terme) sur leu lieu de travail.

Les violences externes

Elles regroupent les violences commises sur des salariés par des personnes externes à l’entreprise comme des clients, des usagers ou des fournisseurs. On parle d’insultes, d’agressions, de menaces,…

Les risques sont particulièrement présents dans des activités où le travailleur est en contact direct ou indirect avec le public. Par exemple, le personnel de santé, les conducteurs, les travailleurs sociaux, les conseillers clientèle,…

15 % des salariés du régime général et 23,5 % des salariés de la fonction publique déclarent avoir subi au moins une agression verbale au cours des douze derniers mois.

Comment améliorer son bien-être au travail

L’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour anticiper les risques psychosociaux au travail, pour prévenir les dommages découlant de ces risques ou pour limiter ces dommages.

On ne le dira jamais assez, la prévention est extrêmement importante. Il n’y a pas de solution préfaite pour résoudre un risque psychosocial et chaque situation, chaque société et chaque travailleur sont différents. C’est pourquoi l’analyse de risque est très importante, il faut comprendre la problématique afin de la traiter. Evaluer les facteurs et créer un plan d’action. Prévenir c’est avant tout créer une organisation, un lieu de travail favorable à une bonne santé mentale et physique. Le travail d’équipe, la communication, l’utilisation des compétences des employés, l’écoute, l’égalité… Tout ces éléments permettent une prévention efficace.

Par exemple, on peut mettre en place des systèmes de remontée d’alertes. Des numéros verts avec un système d’appels internes anonymes pour discuter et recevoir de l’aide. Avoir une culture d’entreprise ouverte et ne pas hésiter à informer les salariés sur les risques psychosociaux est important. L’apprentissage et l’écoute des travailleurs sont des clés.

Attention que dans le cas de violence ou encore de harcèlement, des mesures plus graves doivent être prises. Des centres d’écoute, une organisation des locaux pour lutter contre le risque d’agression, créer une procédure interne à l’entreprise,… Il faut toujours prendre au sérieux les signaux de harcèlement ou violence et prendre en charge les victimes.

Il faut développer le bien-être et la qualité de vie au travail. Trouver un équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle afin d’être plus serein et plus heureux au travail.

APIA

La gestion de risques est un module important dans APIA. Il y a plusieurs extensions accessibles sur l’analyse de risques en fonction du contexte. Les logiciels permettent une gestion des risques psychosociaux et des risques en général plus efficace.

L’objectif est toujours d’avoir un système exigeant et très solide. La vision G2Développement c’est un management intégré dynamique et vivant.

Notre conception du management pousse également à éviter la surcharge de travail et la surcharge mentale des travailleurs. APIA permet de mieux organiser son travail, gagner du temps et faciliter les processus. Ces facteurs contribuent clairement à l’amélioration des conditions de travail.

G2Développement cherche continuellement à se perfectionner pour vous offrir une expérience optimale avec la suite de logiciels APIA.


Intéressé par découvrir comment simplifier, digitaliser et harmoniser vos processus avec APIA? Faites une demande de démonstration gratuite et nous vous recontacterons !

Le Document unique

Le Document unique est indispensable au sein de l’entreprise. D’un point de vue juridique mais également pour le bon fonctionnement et une évolution durable de la société. Comment faire un Document unique et en quoi APIA peut améliorer la réalisation du document? Et qu’en est-il de l’influence du COVID-19 sur le DU?

Qu’est-ce que le Document unique

Le “Document unique” est un dossier rassemblant les résultats d’une analyse de risques. Créé en France par le décret n°2001-1016 du 5 novembre 2001, en application des articles L4121-2 et L4121-3 du Code du travail, le Document unique doit regrouper en un seul support les données issues de l’analyse des risques et garder une cohérence. Son aspect pratique est également important, il réunit, sur un même document, les résultats des différentes analyses de risques et facilite le suivi de la situation et de la démarche de prévention de l’entreprise.

Le DU contient le cadre de l’évaluation, la méthode d’analyse des risques choisie et les outils, la méthode de classement, l’inventaire des risques identifiés et évalués et les actions à mettre en place. Il permet de rassembler les différents résultats d’analyses des risques, de les structurer et d’avoir un suivi sur le long terme.

La réalisation et la mise à jour de ce document est obligatoire pour tout employeur dont l’entreprise emploie au moins un salarié. La mise à jour du dossier doit avoir lieu au minimum une fois par an mais aussi, lors de tout changement de situation et après chaque accident du travail. Cela permet à l’entreprise de progresser durablement et efficacement notamment en santé/sécurité.

Comment faire un Document unique?

Il n’existe pas de modèle type prévu par la réglementation. L’employeur est libre d’utiliser tous types de support, c’est à lui de choisir le moyen qui lui semble le mieux adapté aux besoins de l’entreprise. Il ne doit pas nécessairement exister qu’un seul document par entreprise. Un point important est la facilité d’accès du dossier, il doit être tenu à la disposition des travailleurs, des délégués du personnel, du médecin du travail, des agents de l’inspection du travail,…

La mise à jour au minimum une fois par année, après chaque accident du travail ou lors de tout changement de situation est obligatoire. C’est pourquoi il ne faut pas oublier de toujours le dater et d’inscrire la méthode utilisée pour permettre une réactualisation selon les mêmes critères.

Le DU doit obligatoirement identifier les dangers et analyser les risques. Il est également conseillé d’y ajouter des éléments utiles à conserver comme les traces de la réalisation des deux étapes. Sans oublier les informations complémentaires utiles à apporter. Le Document unique est le point de départ de la démarches de prévention et d’actions suite à l’analyse de risques. La tenue correcte du dossier est importante pour l’évolution de l’entreprise. Le suivi de l’évaluation des risques permet de faire un bilan, d’améliorer la prise en compte des risques et d’être dans une démarche cohérente, dynamique et évolutive.

Effectivement, le Document unique doit être réalisé correctement pour satisfaire l’exigence réglementaire mais surtout, pour répondre aux besoins de l’entreprise et permettre la mise en place d’un plan d’actions en prévention.

Document unique et COVID-19

Impossible de ne pas s’arrêter un instant sur la crise sanitaire que nous vivons en ce moment. Le virus influence énormément notre vie professionnelle. Aujourd’hui, le COVID-19 circule toujours mais de nombreux travailleurs ont repris leurs activités sur leurs lieux de travail.

Il est important pour chaque entreprise de mettre à jour le Document unique et nottament l’inventaire des risques qui y sont identifés. Comme expliqué précédemment, il est obligatoire d’actualiser le DU annuellement et suite à des événements pouvant modifier les conditions de travail. C’est pourquoi, l’employeur doit, après avoir évaluer le risque biologique de contamination liée au virus dans l’unité de travail, mettre à jour le document.

Si les salariés sont exposés au risque de contamination, par exemple, si ils travaillent en contacts rapprochés avec du publics ou des patients, l’employeur doit revoir le Document unique. Il faut aussi penser au risques liés aux différents changements et transformations des postes de travail suite aux mesures sanitaires comme le réamanagement des bureaux respectant la distenciation sociale, la généralisation du télétravail,…

Si l’activité professionnelle ne génère pas de risques, il n’est pas nécessaire de modifier le Document unique.

Le Document unique dans APIA

L’entreprise doit faire une analyse de risques santé/sécurité pour orienter les plans d’actions. APIA réalise ses analyses de risques avec plusieurs méthodologies, plusieurs critères d’analyse de risques (toujours personnalisables) et un système de suivi d’action, suffisamment performant pour relancer les actions. Aujourd’hui, l’enjeu d’un logiciel est d’informatiser la méthodologie d’analyse de risques mais surtout, de dynamiser le suivi d’actions. L’analyse doit aboutir a un plan d’action et doit faire bouger l’entreprise.

Aujourd’hui, l’enjeu d’un logiciel est d’informatiser la méthodologie d’analyse de risques mais surtout, de dynamiser le suivi d’actions.

Les logiciels APIA permettent de faire vivre le Document unique. La mise à jour est annuelle mais on travaille aussi sur la gestion des incidents qui alimentent également l’analyse de risques. Par exemple, en plus de la mise à jour faite en début d’année, si un accident ou un presque accident a lieu, la collecte de ces informations alimentent l’analyse de risques. De plus, vous pouvez toujours ajouter des fichiers, des images, des plans pour illustrer les informations. APIA fait ces liens, ce qui offre une dynamique. Les logiciels sont aussi totalement personnalisables en fonction de l’entreprise. Une souplesse qui permet une utilisation optimale, simple d’accès et rapide pour un suivi global.

Si vous êtes intéressé pour découvrir comment simplifier, digitaliser et harmoniser
vos processus avec APIA, faîtes une demande de démonstration gratuite et nous vous recontacterons !

La gestion des risques dans APIA

La gestion des risques est centrale dans la suite de logiciels APIA. Mais qu’est-ce que la gestion des risques? En quoi APIA améliore les performances de l’entreprise et optimise le temps de travail?

Qu’est-ce que la gestion des risques?

Un risque est l’association de plusieurs facteurs : Un danger, une probabilité d’occurrence (fréquence), sa gravité et son acceptabilité. La gestion des risques vise à identifier, évaluer et hiérarchiser les risques pour les traiter afin de contrôler leur probabilité et l’impact éventuel de ces évènements redoutés. Cela englobe des actions d’identification, de classement des risques mais également, de mise en place d’actions de prévention. Ce domaine fait partie de la stratégie plus globale de l’entreprise.

Il y a plusieurs étapes dans la gestion de risques : l’identification du risque, l’appréciation du risque, l’évaluation de l’impact, le suivi des risques (veille, audit, recherches des facteurs de risques,…).

Une fois le risque identifié et analysé, il existe plusieurs solutions pour gérer le risque :

La prévention : Empêcher que l’évènement redouté se produise

La réduction du risque : Diminuer les conséquences de l’évènement redouté

Le transfert : Transférer le risque sur un tiers ex : contrats de cautions, d’assurances,..)

L’acceptation : Le risque est trop faible pour justifier le coût d’une réduction

Par la suite, il ne faut surtout pas diminuer l’importance des contrôles avec des dispositions de contrôle, un réexamen périodique des risques, des dispositions de surveillance,… L’évaluation des risques doit être renouvelée régulièrement, elle est la première étape de toute démarche de prévention en santé/sécurité au travail.

La gestion des risques est un des principaux moyens de progrès dans l’entreprise, elle permet d’améliorer son fonctionnement. La mise en place de préventions, d’actions contribue à l’amélioration les performances de la société que ce soit sur un plan humain, organisationnel ou économique.

Les différents domaines

Dans un système de management intégré, il existe plusieurs domaines sur lesquels il est possible de travailler sur l’analyse de risques.

Tout d’abord, la santé/sécurité (Les risques professionnels, le document unique,…). C’est un domaine central dans l’analyse de risques. Cela englobe diverses disciplines dont l’objectif est de supprimer ou limiter les dangers sur les travailleurs (santé physique ou mentale).

La santé/sécurité désigne notamment la gestion des risques chimiques. Ce secteur nécessite une méthodologie différente. Il faut documenter toutes des données, avoir une base d’informations risques sur les produits, sur leurs phases de risques, mais également au niveau des unités de travail. APIA suit la méthode IRNS avec trois niveaux d’analyses. Par exemple, pour les risques cutanés, ce qu’il se passe quand on touche le produit mais aussi les risques d’inhalation. Il y a trois modules d’analyse de risques.

Les risques psychosociaux sont une une branche des RPS, c’est à dire, des risques professionnels dans la santé/sécurité. Cela englobe les risques de stress, d’harcèlement, de burnout,… On peut mettre en place des systèmes de remontée d’alertes. Par exemple, des numéros vert avec un système d’appels internes anonymes pour discuter et recevoir de l’aide.

Un autre domaine important est les risques environnement. C’est l’analyse environnementale en général. L’évaluation des aspects environnementaux se fait en situation normale et accidentelle. C’est pourquoi, généralement, on intègre les risques environnementaux dans l’analyse environnementale avec un système de cotation puis des plans d’actions, des documents,… comme dans les système ISO 140001. Il est possible de travailler dans un système simple avec des cotations gravité, fréquence, sensibilité du milieu (personnalisable) ou avec des calculs plus complexes.

APIA intègre également le suivi des parties prenantes, des partis intéressés. Ce sont les acteurs autour de l’entreprise : les fournisseurs, les employés, les associations, les coopératives,…

Il est aussi possible d’analyser les risques/cartographie fournisseurs et de réaliser un tableau de synthèse des fournisseurs avec des informations (tirées des audits par exemple) qui permet d’avoir une cotation des fournisseurs par rapport aux risques,.. Ce domaine a une dimension plutôt achat.

Le dernier secteur que nous allons développer est la gestion des risques Qualité controle interne. C’est une gestion des risques corporate au niveau de l’entreprise, des macro-risques qui peuvent être financier, clients,… Ici, on travaille avec la Qualité ou en parallèle avec la Qualité. En général, avec APIA, une cartographie se fait dans un référentiel risques qui est documenté par l’enteprise afin d’avoir une arborescence de risques. On parle nottament de risques opérationnels (défaut dans la réception des retours ; défaut d’archivage ; défaut de numérisation ;…), des risques d’infrastructures (panne de machines) ou encore des risques juridiques.

Tous les métiers de l’entreprise font l’objet d’une analyse des risques et avec une cartographie des risques. Dans APIA, sur cette cartographie, la maitrise des risques se fait principalement sur des audits qui peuvent être standards ou plus complexes. Des audits permanents, référentiels d’audits associés à des questionnaires d’audit de tout types (interne, externe, processus,..). Chaque question est associée au référentiel des risques. Cela permet de positionner l’entreprise, durant les audits, sur la conformité par rapport à l’arborescence de risques.

APIA et la gestion des risques

Apia Systeme est la suite logicielle APIA qui contient APIA Manager, APIA Mobile et APIA Jasper. Elle a été conçue pour dématérialiser tous les processus en management intégré: QHSE, Commerce, RH, Opérationnel,… et aider les entreprises à améliorer leurs performances de Management grâce à une solution innovante et polyvalente combinant actions, documents, indicateurs, conformité/risques. APIA Systeme permet de suivre de manière centralisée, maitrisée et collaborative les données clés de l’entreprise.

APIA travaille sur la gestion des risques depuis 2005. Le logiciel a informatisé des dizaines de méthodologies différentes. APIA est une solution qui personnalise, c’est pourquoi G2Développement récupère l’expérience et les différentes expertises des différents clients. Le logiciel est capable de déployer plusieurs scénarios sur la gestion des risques qui peuvent être adaptatifs ou standards.

G2Développement réalise des analyses de risques grâce à diverses méthodologies avec des critères personnalisables d’analyse de risques et un système de suivi d’actions suffisamment performant pour relancer les actions. Dans notre vision des risques, l’important est le suivi d’actions. Aujourd’hui, l’enjeu d’un logiciel c’est d’informatiser la méthodologie d’analyse de risques mais surtout, de dynamiser le suivi d’actions et de le distribuer dans l’entreprise pour que l’analyse de risques soit exigeante. Le plan d’action doit vivre. C’est très important de faire des liens. Par exemple, l’analyse de risques doit être associée au système de suivi des incidents au sens large. C’est ce qui permet de mettre en place une dynamique.

APIA gère notamment les audits et remontées d’incidents. Par exemple, quand un incident a lieu dans l’entreprise, il faut le remonter avec la nature de ce-dernier. Ensuite, il peut être associé au référentiel de risques, de processus,… Tout cela permet de créer des tableaux de bord, réaliser des analyses et puis, de lancer des actions (préventives,…). A partir de là, il est possible de faire des statistiques, des analyses sur le suivi de la conformité par risques,…

On essaie de garder une cohérence de système global avec toutes ces couches pour éviter d’avoir 10 logiciels qui font des choses connexes. APIA permet de faire cette collecte et cette structure d’information. Avec les liens qu’il faut entre toutes ces données. Par la suite, c’est l’outil APIA Jasper qui s’occupe de faire les tableaux de bords, les alertes, la visualisation des données,… toute l’analyse, l’intelligence. Les rapports peuvent être réaliser à l’avance ou à la demande.

APIA permet aussi de faire de l’analyse multisites grâce à l’utilisation de grilles pré-faites, une analyse de risques standards qui offre un gain de temps et facilite au maximum les démarches. Il est également possible de créer des fiches de postes (document recensant les risques, les instructions, les pictogrammes de risques,… affiché au poste de travail). Dans APIA, la collecte des risques peut se faire en mobilité, avec un questionnaire, tout en associant des fichiers, des images, des photos du site,…

La gestion de risques est un module relativement important dans APIA. Il y a plusieurs extensions accessibles sur l’analyse de risques en fonction du contexte. L’objectif est toujours du gagner du temps, d’avoir une bonne traçabilité et un système très solide. La vision G2Développement c’est un management intégré, que tout soit lié afin de proposer un système dynamique et vivant.

Si vous êtes intéressé pour découvrir comment simplifier, digitaliser et harmoniser
vos processus avec APIA, faîtes une demande de démonstration gratuite et nous vous recontacterons !

Sanofi Aventis présélectionne G2Developpement

SANOFI AVENTIS R et D présélectionne APIA Systeme pour la gestion des Risques Chimiques

G2Développement a été présélectionné dans le cadre d’une large consultation par SANOFI AVENTIS R & D pour la mise en place d’une solution de gestion du risque chimique (CMR…) sur les sites R&D du groupe.